Zie foto's (16)

L' Art habite la Ville (Kunst bewoont de stad)

Per fiets ,  Te voet in Mons
6.9 km
Te voet
2h
Makkelijk
  • Ontdek ook:
    "Mobilier urbain revisité"
    In het stadscentrum

    In samenwerking met lokale scholen voor grafische kunsten werden stadselementen en -meubilair versierd. In de hele stad balanceren koorddansers tussen pilaren, terwijl aansluitpunten van energie- en telefoonmaatschappijen ORES en PROXIMUS kleurrijk versierd worden.

    Pierre Liebaert - "Je crois aux nuits"
    Vanaf Mei 2019

    De werken van de jonge Bergense fotograaf Pierre Liebaert zijn regelmatig te bewonderen in musea en op festivals....
    Ontdek ook:
    "Mobilier urbain revisité"
    In het stadscentrum

    In samenwerking met lokale scholen voor grafische kunsten werden stadselementen en -meubilair versierd. In de hele stad balanceren koorddansers tussen pilaren, terwijl aansluitpunten van energie- en telefoonmaatschappijen ORES en PROXIMUS kleurrijk versierd worden.

    Pierre Liebaert - "Je crois aux nuits"
    Vanaf Mei 2019

    De werken van de jonge Bergense fotograaf Pierre Liebaert zijn regelmatig te bewonderen in musea en op festivals. Hij realiseerde 4 foto's rond folklores en helende festiviteiten met de wedergeboorte van ons lichaam en de natuur als thema.
  • Hoogteverschil
    98.07 m
  • Documentatie
    Met GPX / KML-bestanden kunt u de route van uw wandeling naar uw GPS exporteren (of ander navigatieprogramma)
Bezienswaardigheid
1 Blancbec - "Le Monstrueux"
GEVEL VAN RESTAURANT “LES GRIBAUMONTS”, RUE D'HAVRÉ 95
MUURFRESCO


Project: Samen met de omwonenden schenkt Blancbec deze muur een nieuw leven, waar denkbeeldige dieren en planten elkaar kruisen. Nadat Blancbec tien jaar lang onder het pseudoniem VEKS deel uitmaakte van de graffitibeweging, slaat hij begin 2000 nieuwe paden in. Dat jaar ontwikkelt hij zijn eerste doeken met geometrische opschriften, geïnspireerd op de graffitikunst. In 2002 staat hij versteld van de handgeschilderde en beplakte affiches die hij in Barcelona aantreft. Een techniek die hem enorm aanspreekt en die hem toelaat om zijn atelier en de stad met elkaar te verweven. Hij besluit om ermee aan de slag te gaan! Geleidelijk aan groeien zijn initiële geometrische geschriften uit tot personages. Op een bepaald moment verschijnt het figuur van de vogel. Hij laat zijn doeken tijdelijk voor wat ze zijn en maakt plaats voor papier. Begin 2003 verschijnen zijn eerste affiches van vogels op de Brusselse muren, de eerste van hun soort in de stad. De vogel en de kunstenaar gaan vanaf dan als “BlancBec” door het leven, een naam die verwijst naar het gebrek aan ervaring van de kunstenaar en naar de duidelijke rol van de vogel.
Zijn heldere geometrische constructie en levendige chromatische gamma leiden tot een duidelijk identificeerbare stijl. Sindsdien is zijn leefwereld verrijkt met verschillende moedige protagonisten, die hij vervolgens via nieuwe ondergronden en technieken uitbeeldt. De kunstenaar Blancbec wordt regelmatig tentoongesteld en zijn werken duiken nog steeds op in steden.
2 Oli-B - "L'escapade"
Project:gekleurd fresco met reliëfversieringen - wereldpremière.
Parc Gustave Jacobs

Oli-B is een Brussels kunstenaar, die bekendstaat voor zijn levendige werken met rijke kleuren. Vanuit abstracte en figuratieve vormen met levendige kleuren trekt Oli-B de grenzen van zijn eigen leefwereld, waar dromen, harmonie en hoop in elkaar vloeien. Elk deeltje beschrijft zijn geschiedenis en onthult nieuwe inzichten. Zijn werken worden gekenmerkt
door een streven naar evenwicht. Zodra hij deze lijn overschrijdt, komt zijn ideale en optimistische wereldbeeld tevoorschijn,
als tegengestelde van zijn bij momenten aangetaste en bittere wereldbeeld. Oli-B heeft een grote voorliefde voor de drukte en mensenmassa's in grote steden. Openbare plekken dienen voor hem als speelterrein.

3 Lucie et les Papillons - David Mesguich
Met zijn monumentale beeldhouwwerken behandelt David Mesguich de thema's van ruimte, grenzen en afscheiding. Zijn enorme sculptuur staat symbool voor de eerste vlinders in de buik. Dankzij de kapotte schaar kan het jonge meisje eindelijk haar wensen ervaren.
4 Laurence Vray - " Instant suspendu"
Etude du Notaire Franeau, Rue d'Enghien 19
Fotografie

Fotografe Laurence Vray bundelt een “intieme” gevoeligheid - ver van de modetrends. Met even grote nauwkeurigheid als terughoudendheid slaagt ze erin een intimiteit te onthullen ten opzichte van de wereld. Haar blik getuigt van een ernstige lichtheid, terwijl haar zicht een lichte ernst bevat. Een paradox die het resultaat is van een traag groeiend geheim en die uitmondt in een werk van grote eenvoud: een vredeswerk. De Bergense kunstenares slaagt erin het intieme en de lichtheid te bevatten en over te brengen. De eerste fotoreeksen van Laurence Vray zijn gewijd aan “fotoreportages” die ze maakte tijdens haar verblijf in Marokko, India, Cuba of Nepal. De plaatselijke inwoners, hun ambachten, godsdiensten, ... staan centraal in deze sublimatie. Haar geboortestreek blijft echter een grote rol spelen, waarvan getuige de reeks La Glace Passe uit 2002. Deze zwart-wit-foto's, genomen volgens de meest zuivere streetphotography-traditie, vormen een eerbetoon aan de voor de kunstenares zo belangrijke streek.
In deze reeks overstijgt ze het reële en denkt ze na over de wereld rondom haar. Fotografie dient als middel om haar ideeën op papier te zetten en om stil te staan bij het gegeven “tijd”. De foto's getuigen van een enorme kracht en vormen zo een ode aan de mens en aan zijn breekbaarheid. Tegelijk zijn ze een beschouwing van het thema eenzaamheid. Een beschouwing die de kunstenares doortrekt in de tijd. Zo gaat ze met het medium fotografie aan de slag en beslist ze om met een zogenaamde “gaatjescamera” terug te keren naar haar afkomst. Elke menselijke aanwezigheid wordt gebannen van de foto's en maakt plaats voor de stille en statische natuur, een duidelijke verwijzing naar de essentie van fotografie. Deze beelden vol poëtische reflexen herinneren ons aan de prachtige kindertijd.
Vandaag werkt Laurence Vray rond het thema van water en van vruchtwater, waarmee ze terugkeert in de tijd naar de allereerste verblijfplaats. Het resultaat is een stille zwempartij,
een eenzame onderbreking die de weerklank, de loop en de stroming van water bestudeert. De fotografe speelt met de tegenstellingen tussen aan- en afwezigheid, eenzaamheid en gezelschap, vrouwelijkheid en mannelijkheid en breekbaarheid en vastheid van dit oorspronkelijke element. De focus ligt ook op vruchtwater, waar de tijd nog niet lineair is, waar het licht nog speelt met de schaduwen in de baarmoederwand, waar het leven nog een pure liefdesrelatie is...
5 Noir Artist - "Don't sleep on your dream"
GEVEL VAN DE DELHAIZE - RUE DE NIMY 117-121
MUURFRESCO


Project: NOIR Artist verrijkt het project met zijn surrealistische figuren
NOIR Artist is een Belgisch plastisch kunstenaar en muurschilder uit Luik, waar hij in het Saint-Luc zijn opleiding genoot. Hij schildert doeken en ook muurfresco's op quasi elk formaat en elke ondergrond. Maar wel steeds met zwarttinten (vanwaar zijn artiestennaam). Of toch bijna steeds: af en toe kruipt er ook wat kleur of goud in zijn leefwereld. Schilderwerken, tekeningen, grote fresco's, muurkunst, gezichtsbedrog, decoratie en stadskunst; zijn “zwarte” werken laten weinigen onberoerd. NOIR Artist
laat zich inspireren door reclames, pop art, barokkunst en kalligrafie. Zo slaagt hij er op stijlvolle manier in om zijn hyperrealistische schilderobsessies en zijn meest abstracte herinneringen af te zweren.
6 Olivier Sonck - "Ivre d'histoires"
Grafisch-Literair Fresco
Buitenschil van de Penitentiaire instelling van Bergen
Rue des Barbellés

Project: Olivier Sonck ontwikkelt in twee delen een reeks workshops rond jeugdherinneringen:
enerzijds samen met twintig gevangenen (tien mannen en tien vrouwen) en anderzijds samen met de omwonenden van het penitentiaire centrum (bewoners, studenten, arbeiders, enz.). Het resultaat?
Een literair fresco vol authenticiteit en poëzie, geschilderd op de daartoe geschikte buitenmuur van het penitentiair centrum. Een schilderwerk dat onderhevig zal zijn aan de grillen van de tijd en van de weeromstandigheden.
Olivier Sonck is een Belgisch kunstenaar. Hij leerde Bergen kennen via zijn studies in Arts2. Sinds zijn opleiding is hij actief in beeldbewerking op basis van gravering
en zeefdrukken. Ook onderwijst hij aan verschillende scholen.
Zijn grote passie van de afgelopen jaren? Woorden. “Hun betekenis boeit me, maar ook de manier waarop ze verkeerd worden uitgesproken en waartoe dit leidt
wanneer afgeleide oren ze opvangen. Ik tover ze om tot objecten, die ik meestal afdruk op koele materialen als metaal, inerte materialen als lood, briljante materialen als koper maar ook op warmere en (soms) geruststellende materialen als hout.”
7 Blanc Murmure - " La ville dans la ville"
Fresque Graphico-littéraire
Enceinte extérieure du centre pénitentiaire de Mons
Rue des Barbellés

Projet : Olivier Sonck réalise une série d'ateliers autour des souvenirs d'enfance en deux temps : d'abord avec vingt détenus (dix hommes et dix femmes) et ensuite avec les voisins du centre pénitentiaire (résidents, étudiants,travailleurs etc). Le résultat ? Une fresque littéraire pleine d'authenticité, de poésie, peinte sur le mur extérieur du centre pénitentiaire à la peinture. Elle évoluera au gré du temps et des conditions météorologiques.

Olivier Sonck est un artiste belge lié à Mons par ses études aux Arts2. Il travaille depuis sa formation dans l'artisanat de l'image par le biais de la gravure et de la sérigraphie et donne cours comme professeur dans diverses écoles. Sa passion depuis quelques années ? Les mots. « Je m'intéresse à leur sens, à la manière dont on les prononce mal et au résultat que cela donne après un passage dans des oreilles distraites. J'en fais des objets, souvent imprimés, marqués sur des matières froides comme le métal, inertes comme le plomb, brillantes comme le cuivre mais aussi plus chaudes et (parfois) réconfortantes comme le bois. »
8 Pierre Liebaert - "Je crois aux nuits"
Lieu de l’Œuvre : rue de Nimy-Cour du 106

Pierre Liebaert est un photographe belge actuellement basé à Bruxelles. Il est diplômé de l’École Supérieure des Arts de l’image « Le 75 » à Bruxelles. Il est régulièrement exposé lors de festivals ou au sein d'institutions muséales. Une de ses séries intitulée « Macquenoise » fût remarquée par le site américain Photo-eye comme l'un des 26 meilleurs ouvrages de l'année 2013. En 2015, à Mons, il participe à la mission photographique IN/OUT et photographie Patti Smith lors de sa visite de l'exposition Verlaine Cellule 252 au BAM. Très souvent immersif, ses projets sont souvent à long terme et le dévorent. Pour « Je crois aux Nuits », il explore des territoires où subsistent encore de fragiles traditions. Son intérêt se pose là où la tragédie se pare de lumière. Le chant fantasmé des castrats, l'œuvre incarnée du Caravage, l'intransigeance des Primitifs flamands, l'universalité des figures carnavalesques, le parfum humide du bois vermoulu, la solennité des processions et la vulnérabilité de nos organes sont autant de fragments qu'il ne cesse de vouloir rassembler.
9 Blanc murmure - "L'Escale"
L’Escale de Mons est le reflet, un point de vue de ce que peut être la représentation de notre patrimoine montois. Déambuler dans une histoire chimérique où apparaissent des personnages illustres, l’architecture, le folklore, la faune et la flore dans des assemblages décalés. Pour accompagner la composition, Olivier Sonck, artiste plasticien propose une phrase faite de double-sens. Cette œuvre participative a été réalisée dans le cadre du projet « Vhello, le Réseau Points-Noeuds en Coeur du Hainaut » avec la participation de citoyens.
10 Cix et Duek - "Eldorado"
La fresque de DUEK représente le Mexique au sein de sa grande culture qui est dominée par la nature et le mysticisme de son environnement. Les femmes sont très importantes dans la culture mexicaine et sont représentées avec des fleurs, pour leur délicatesse et beauté. Le Quetzal (Ave) est une espèce endémique du Mexique qui est très respectée, puisqu’elle est liée au dieu Quetzalcoatl, le créateur de l’humain dans les histoires de la culture aztèque. Cette fresque représente la nature ainsi que la vie.
11 Momo - "Fresque de Momo"
Auteur du tag le plus long du monde qui zigzaguait dans tout Manhattan à l'insu des New-Yorkais, MOMO le grapheur crée de nouvelles cartographies urbaines à base d'interventions infinitésimales ou de fresques monumentales. Il réalise ici à Mons, une fresque en aplats de couleur zébrés.
12 Atelier Pica Pica - "Panorama"
Lieu de l'oeuvre: passage Victor Hugo

Atelier Pica Pica est un collectif multidisciplinaire composé de Boris Magotteaux, Manuel Falcata, Jérome Degive, vivant et travaillant à Liège. Le collectif a réalisé une mosaïque émaillée, passage Victor Hugo, représentant des silhouettes extraites de l’univers urbain montois. Ensemble, les profils énigmatiques forment un portrait impressionniste de la cité. L’œuvre est une invitation à deviner ou à chercher l’objet de ces ombres dans la ville elle-même.
13 Hell'o - "Folks"
Hell’O est un duo d’artistes belges, Jérôme Meynen et Antoine Detaille. Issu de l’univers du graff, ils ont laissé derrière eux lettrage et bombes aérosol pour le papier, la peinture, le dessin à l’encre, et l’installation. Détournant les symboles de nos traditions mystico-ésotériques, les confiant aux héros des cartoons et bédés, les graffitant dans nos rues et les virtualisant sur le web, le collectif belge Hell’O Monsters nous jette un sort. Un regard ironique sur nos us et coutumes d’humanoïdes civilisés qui prend corps dans leur fresque vivante et illuminée sur le thème du « Doudou ».
14 Filip Gilissen - "Spread your wings"
Après avoir réalisé le tunnel de fils d’or dans la Collégiale Sainte-Waudru pour la Fête d’Ouverture de Mons 2015, Filip Gilissen nous surprenait une fois encore par cette installation : des ailes d’ange (dorées bien sûr), placées au Square Saint-Germain : une véritable invitation à prendre un selfie ayant pour décor la Collégiale, pour un look angélique garanti sur les réseaux sociaux.
15 Calvin Dussart et Charles Myncke - "True Story"
Calvin Dussart et Charles Myncke, sont deux étudiants de l’Ecole des Arts² de Mons. Leur projet est né dans l'atelier de Dessin de l'école Arts², lors des cours de Djos Janssens, qui les a accompagnés et guidés tout au long de la réalisation de True Story. Ils se sont interrogés sur les nombreuses fenêtres murées que la ville comportaient et de la signification que celle-ci détiendraient. Leur curiosité a laissé libre cours à leur imagination. Ils ont ainsi imaginé ce qui se tramait derrières ces fenêtres murées et ont multiplié les clins d’œil en y affichant des reproductions de comics et d’affiches de films hollywoodiens des fifties.
16 Karelle Ménine et Ruedi Baur - "La Phrase"
Lieu de l'oeuvre: Partout en centre-ville

L’auteur et artiste littéraire Karelle Ménine a conçu un projet original intitulé La Phrase, qu’elle a souhaité réaliser avec Ruedi Baur. Au cœur de la ville, une phrase de 10 kilomètres a été élaborée à partir d’un corpus tiré d’œuvres d’auteur(e)s montois, puis du Hainaut, de Belgique, et enfin du monde entier. La Phrase commençait à la gare de Mons et accueillait les visiteurs. Après avoir parcouru la ville, elle les ramenait au point de départ. Les mots étaient apposés sur les murs et trottoirs, réagissant aux reliefs, aux formats des briques, aux fenêtres comme aux angles de rue. Aujourd’hui encore quelques bribes de « La Phrase » subsistent sur un trottoir, une façade ou sur le rebord d’une fenêtre, perpétuant ainsi la poésie dans la ville.
17 Louise Delattre - "Plantes médicinales"
Lieu de l’Œuvre : façade Ambroise Paré
Originaire de Colfontaine, Louise Delattre est étudiante en 2ème dessin d’Arts² à Mons, elle a ici imaginé une fresque murale de 450 m² en vinyle auto-adhésif. Le projet consistait en une collaboration entre la fondation Mons 2025 et La Ruche d'Arts² afin de réaliser avec les étudiants de première bachelier des propositions pour le projet « L’Art habite la Ville ». Les étudiants ont dû prendre plusieurs photos d'infrastructures dans Mons pour ensuite faire des propositions visuelles sur ordinateur. Louise a choisi l'hôpital Ambroise Paré pour la grande visibilité qu'il offre depuis le ring. « Le choix des plantes médicinales fait à la fois allusion à la nature et à la médecine notamment à l'époque d'Ambroise Paré où on les utilisait essentiellement. » Plusieurs projets ont été retenus, dont le sien, qui a été réalisé en vinyle et mis en place par l'entreprise "Application Team" durant l'été 2019."
18 Levalet - "L'homme des cavernes"
Charles Leval, dit Levalet, est né en 1988 à Epinal. Il grandit en Guadeloupe, où il découvre la culture urbaine et s’initie aux arts plastiques. Il poursuit ses études d’Arts visuels à Strasbourg ; son travail, alors davantage tourné vers la vidéo, se nourrit d’une pratique théâtrale assidue dont ses oeuvres urbaines conservent le langage à la fois visuel et narratif. Il obtient l’agrégation en 2012, année où son travail commence à prendreplace dans les rues de Paris et d’ailleurs. Dès 2013, il expose en galerie et participe à des manifestations urbaines internationales. L’oeuvre de Levalet est avant tout un travail de dessin et d’installation. Il met en scène ses personnages dessinés à l’encre de Chine dans l’espace public à travers un jeu de dialogue visuel et sémantique avec l’environnement présent. Les personnages interagissent avec l’architecture et sedéploient dans des situations frôlant souvent l’absurde.Le travail est hypnotisant par la maîtrise technique dont l’artiste fait preuve. Ces études préalables sont réalisées à l’encre de Chine, une pratique qui ne souffre d’aucune imprécision. Le trait noir, sans nuance, se libère dans les attitudes et les mouvements des personnages qui envahissent littéralement les fenêtres de la façade. Entre réalisme et surréalisme, l’artiste met en scène des anachronismes déroutants. Il s’agit plus d’une installation que d’une fresque à proprement parlé par la manière dont l’artiste tire parti des différents plans de la façade envue de camper le décor de sa narration. Chaque saynète fonctionne comme un véritable feuilletage de l’espace avec au moins trois niveaux de lecture, chaque niveau étant en totale déconnexion avec le suivant. Les trois scènes reproduisent le même scénariopictural : un arrière-plan d’une nature sauvage d’où se détache en grisaille une silhouette à l’allure mi-statuaire, mi-moderne qui se réplique elle-même en trompe-l’oeil sur un avant-plan.Là, nous pensons voir tout d’abord des gestes naturels de figures presque vivantes installées juste sur le rebord de la fenêtre, pour ensuite comprendre en seconde lecture que les attitudes sont inspirées d’hommes préhistoriques habillés en costume moderne. L’ensemble des trois fenêtres offre au regard du spectateur une saynète burlesque de l’histoire de notre société occidentale : «Cette installation, explique l’artiste,évoque de manière allégorique et humoristique à la fois à quel point l’homme moderne est devenu inadaptable à un potentiel retour à l’état de nature, mais aussi le fait que si le monde civilisé a énormément fait évoluer notre environnement, la nature profonde de l’Homo sapiens reste la même qu’à l’époque de la préhistoire». Sans le savoir, l’artiste réalise ici une espèce de parodie de notre temps à l’endroit même où estnée cette histoire du retrait progressif de l’homme face à la nature. En effet, la reconnaissance UNESCO du site néolithique à Spiennes, commune du Grand Mons, repose sur la sédentarisation, l’extraction et l’exploitation des minières et enfin sur la spécialisation dans la confection jusqu’à la commercialisation de celles-ci. N’est-ce pas là les fondements de notre société actuelle en pleine crise, sujet de la fresque de Levalet ?
19 Le miracle de sainte Waudru - Honet
Lieu de l'oeuvre: Rue des Capucins

Honet commence le graffiti à Paris, en 1988. Cette forme d’expression lui apparait comme quelque chose de totalement novateur, comme le miroir de notre époque. Il fait de cette pratique son mode de vie, et plongealors, corps et âme, dans cette odyssée artistique qui l’a toujours tenu éloigné d’un métier classique. Honet aime explorer la ville, en particulier les bunkers de la Seconde Guerre mondiale et les catacombes de Paris.Il se met à la recherche d’endroits cachés et chargés d’histoires, où les gens ne peuvent pas aller. Pour Honet, le graffiti et l’exploration ont en commun le goût de l’aventure et de la découverte de sa propre ville. Un univers graphique qui se compose, entre autres, de lampes frontales, d’escaliers, de trappes ou encore de clés comme s’il était à la recherche de mondes souterrains, invisibles. “Je vais là où mes angoissesm’attirent, dit-il. J’aime explorer des endroits sombres, chaotiques, détruits et violents. La peinture est un moyen de les dompter, de me les approprier.” Fervent voyageur, Honet parcourt le monde pour s’amuser, découvrir, peindre et également pour exposer ses travaux récents. Depuis plus de 25 ans, il laisse ainsi sa trace en Europe mais aussi à Moscou, Pékin ou Tokyo. Par ailleurs, il collabore régulièrement avec des marques comme Prada, Lacoste, Ruby ou Louis Vuitton qui donnent de l’importance à la symbolique de ses dessins et à leurs lignes épurées.L’intervention picturale concerne l’ensemble des fenêtres du bâtiment. Honet a ici interprété dans un style graphique qui lui est propre le miracle des Brasseurs de sainte Waudru. Tous les ingrédients du récit sont présents : les quatre brasseurs enchaînés dans leur prison obscure, la garde habillée en jaune et noire aux couleurs du chapitre de sainte Waudru et bien sûr, monumentale et magistrale, sainte Waudruelle-même accomplissant le miracle de la délivrance en brisant les chaînes des prisonniers. Au cours de la Procession du Car d’Or le dimanche de la Ducasse rituelle, le carrefour de la rue des Soeurs grises et de la rue des Capucins est l’emplacement choisi pourla lecture de l’un des 5 Miracles de sainte Waudru :Au seizième siècle, quatre brasseurs accusés d’un crime capital sans que les preuves n’en fussentformellement établies, parvinrent à échapper de leur prison et, au lieu de s’enfuir, chargés de chaînes se présentèrent devant l’autel de sainte Waudru qui, de son vivant, avait consacré tant de ses efforts et de ses biens à la délivrance des prisonniers. Les quatre brasseurs supplièrent donc sainte Waudru,implorant qu’elle les libère. On vit alors les chaînesse briser et tomber à terre. Sainte Waudru avait ainsi fait reconnaître leur innocence.
98 meters hoogteverschil
  • Starthoogte : 52 m
  • Aankomsthoogte : 50 m
  • Maximale hoogte : 65 m
  • Minimale hoogte : 31 m
  • Totaal positief hoogteverschil : 98 m
  • Totaal negatief hoogteverschil : -100 m
  • Maximaal positief hoogteverschil : 9 m
  • Maximaal negatief hoogteverschil : -12 m